Mouvements sur l’or

Add a comment

Les mouvements des commerciaux

Nous avons également eu un retour sur la MMexp200jours, avec la seule différence que le RSI n’a pas touché le seuil des 30 pour allumer le feu vert. Si l’on peut se baser sur l’historique de ce marché haussier, il faut s’attendre à de nouveaux tests de la MMexp200jours avant le prochain mouvement de hausse majeur n°4. En euros, l’argent métal a corrigé plus fortement, au-dessous de son ancien sommet n°2, et nous offre de ce fait une meilleure opportunité d’achat qu’en dollars ! De plus, nous voyons que le signal d’achat est plus clair, avec trois feux verts allumés.
Même si sa performance a été très décevante ces dernières années, le marché haussier sur les mines d’or est toujours intact. Ci-dessous, l’indice HUI des grands producteurs d’or :
Notre indicateur préféré, le RSI (14) sur un graphique journalier, nous a signalé 10 opportunités d’achat (flèches vertes) et un signal parasite en 2005 (x). La dernière opportunité d’achat a été déclenchée le 1er mai 2008, avec le HUI chutant jusqu’à 385 points durant la séance. Notre fenêtre d’achat au forex, qui avait été fixée à 410 points a ainsi été ouverte une nouvelle fois.

Le  marché baissier des mines d’or

En revanche la situation des petites minières aurifères et surtout argentifères est beaucoup moins confortable. S’il existait un indice pour ce secteur, son niveau correspondrait à environ 250 points pour le HUI, c’est-à-dire à une division de sa valeur par deux, alors que le cours de l’or est seulement 10% au-dessous de son dernier sommet ! Je présentais cette situation comme une opportunité d’achat exceptionnelle dans le dernier suivi, mais aujourd’hui cette opportunité est encore plus exceptionnelle. Nous sommes dans un marché d’acheteur : il n’y a qu’à se baisser pour ramasser les pépites jetées à terre par des investisseurs dégoûtés. La valeur n’est actuellement pas reconnue, mais ainsi fonctionne le marché des petites capitalisations : en passant de l’euphorie à la déprime et inversement. On peut mettre à jour cette situation particulière en comparant l’indice CDNX de la Bourse de croissance de Toronto, qui regroupe principalement des petites sociétés minières juniors (tous les métaux confondus), avec le cours de l’or, en formant le ratio $CDNX/$GOLD :
Le lien entre la décimation des petites valeurs et la crise des crédits subprimes n’est plus à démontrer. Beaucoup d’investisseurs ont dû répondre à des appels de marge, et ont épongé leurs pertes en vendant leurs positions les plus spéculatives. En attendant, beaucoup de sociétés aurifères et argentifères juniors productrices, qui n’avaient aucun problème de liquidités, ont été massacrées injustement. Ces sociétés offrent aujourd’hui une valeur exceptionnelle, grâce à ces mouvements de ventes paniques. Attention au retour de manivelle ! Ci-dessous des exemples de situations pour lesquelles vous payez parfois moins de
$30 l’once d’or dans le sous-sol en étant actionnaire de ces sociétés ! Mais prudence, car pas toutes les onces d’or ne sont égales. La teneur en or du minerai sera déterminante, avec le prix pour extraire l’once d’or du sous-sol, la quantité de minerai extraite par année, et bien d’autres facteurs encore.

This entry is filed under Marché réel Gold. You can follow any responses to this entry through RSS 2.0. Responses are currently closed, but you can trackback from your own site.

Comments are currently closed.